Menu

Le lait, que vous allaitiez votre bébé ou soyez plutôt adepte du lait Nestlé, Similac ou Enfamil, est l’alimentation principale de votre bout de chou jusqu’à ce qu’il atteigne le cap fatidique des 6 mois. En effet, jusqu’à cet âge, un nourrisson trouvera au sein du lait tous les nutriments et éléments nécessaires à son développement. De plus, sa barrière immunitaire intestinale et son système digestif étant encore immatures, il existe un risque d’allergie alimentaire réel, sans compter la probabilité de retrouver des surprises guère réjouissantes au sein de ses couches Pampers ou Huggies ! Une fois que votre tout petit aura atteint les 6 mois, il est alors nécessaire de débuter la diversification alimentaire, le moment où il pourra découvrir autre chose que le lait. Cette étape est essentielle puisqu’un enfant n’ayant pas été habitué à tester de nouveaux goûts tout petit risque ensuite de développer des troubles du comportement alimentaire, en se montrant réfractaire à tout nouveau type de nourriture.

Le passage aux petits pots est donc conseillé passé 6 mois, mais rien ne vous empêche de commencer à diversifier l’alimentation de votre tout petit dès ses 4 mois. Bien entendu, pas question de passer subitement aux bons petits plats fait maison arrosé de sauces Heinz à chaque repas, mais vous pouvez commencer progressivement à introduire quelques aliments différents au sein de sa routine. Cela permettra ainsi à votre bébé d’habituer petit à petit son palais à sa future alimentation, et donc de lui éviter d’être déstabilisé ou perturbé lorsque le moment sera venu de lever le pied sur sa consommation de lait.

En premier lieu, vous pouvez lui faire goûter des légumes en purée : carottes, épinards, petits pois, courgettes, brocolis…tout est permis tant que c’est fait en douceur, 2 cuillères à café étant amplement suffisantes pour ces premières fois. C’est également un bon moment pour lui faire déguster ses premiers fruits en purée : pommes, fraises, bananes, kiwis…là encore, vous n’aurez que l’embarras du choix. Il est néanmoins primordial de ne surtout pas le forcer. S’il rejette le nouvel aliment et refuse de le manger, n’insistez pas et patientez quelques jours avant de réitérer l’expérience, il finira par goûter et probablement apprécier.

A partir de ses 6 mois, il est temps de l’initier à la viande, au poisson mais aussi au yaourt, par exemple en optant pour les petits pots, qui présentent l’avantage d’être extrêmement sûrs puisque spécifiquement conçus pour vos bouts de chou. Cependant, ils sont bien souvent trop sucrés, et les pédiatres s’accordent sur le fait qu’ils n’ont guère de goût, et ont une saveur généralement quelque peu fade. Pour y remédier, de nombreux parents décident de préparer eux-mêmes les repas de leurs bébés, afin de leur faire bénéficier d’un maximum de goûts, de saveurs et de textures. Attention à la dose de sel dans ce cas : les besoins d’un adulte étant extrêmement éloignés de ceux d’un nourrisson, il faut prendre garde à avoir la main très légère avec la salière!

Enfin, rien ne vous oblige à votre camp : il est tout à fait possible d’alterner petits pots et plats préparés, voire même de mélanger les 2 : quelques cuillères d’un petit pot aux fruits dans un yaourt font par exemple très bon ménage.

Et vous, comment avez-vous gérer l’étape de la diversification alimentaire de votre tout petit ?